27 avril 2018

The Hate U Give, un roman jeunesse fort et nécessaire

Couverture The hate U give : La haine qu'on donneAutrice: Angie Thomas
Edition: Balzer + Bray (VO) / Nathan (VF)
Parution: 2017 (VO) / avril 2018 (VF)
Nombre de pages: 464
Résumé: "Starr a seize ans, elle est noire et vit dans un quartier difficile, rythmé par les guerres entre gangs, la drogue et les descentes de police. 
Tous les jours, elle rejoint son lycée blanc situé dans une banlieue chic ; tous les jours, elle fait le grand écart entre ses deux vies, ses deux mondes. 
Mais tout vole en éclats le soir où son ami d'enfance Khalil est tué. Sous ses yeux, de trois balles dans le dos. Par un policier trop nerveux. Starr est la seule témoin. Et tandis que son quartier s'embrase, tandis que la police cherche à enterrer l'affaire, tandis que les gangs font pression sur elle pour qu'elle se taise, Starr va apprendre à surmonter son deuil et sa colère ; et à redresser la tête."








Mon avis:
J'avais beaucoup entendu parler de ce livre sur le booktube anglophone lors de sa sortie, c'est un de ces romans jeunesses qui font beaucoup de bruit, et donc qui attisent presque toujours ma curiosité, mais qui me font aussi très peur, tant mes attentes sont élevées. Quand j'ai vu de quoi il était question, je me suis dit que cette lecture ne pouvait être que difficile, mais aussi nécessaire. Alors quand j'ai vu que The Hate U Give allait être adapté, et que c'était une de mes actrices préférées (Amandla Stenberg) qui jouerait le rôle principal, j'ai foncé sur The book depository pour le commander, je ne pouvais plus attendre. Et pourtant, même après l'avoir reçu, j'ai attendu encore 6 mois avant de me lancer, par peur d'être déçue, mais aussi (et surtout) parce que j'avais peur de ne pas réussir à comprendre, étant donné que je n'avais lu qu'un livre en anglais, et que c'est quand même un petit pavé. Et puis j'ai fini par me lancer. J'ai eu du mal au début, pas tellement au niveau de la compréhension, mais le fait de ne pas lire dans ma langue maternelle a créé une petite barrière, je me sentais éloignée de l'histoire et des personnages, mais au bout de 100 pages environ, cette impression était déjà du passé, j'étais lancée et je ne me suis plus arrêtée

L'intrigue s'ouvre sur le personnage principal, Starr, qui se rend à une fête, mais celle-ci vire au cauchemar lorsque son ami Khalil la raccompagne en voiture, et qu'ils sont arrêtés par des policiers sur la route. Son ami se fait tuer par l'un d'eux. Même schéma que ce qu'on peut lire beaucoup trop souvent dans l'actualité. C'est pourquoi j'ai trouvé ce passage très dur à lire. Ce roman commençait fort en me faisant pleurer toutes les larmes de mon corps au bout de 30 pages à peine, mais je n'en attendais pas moins. Après la mort de Khalil, on se rend vite compte que ce n'est certainement pas le procès de son meurtrier qui est fait, mais bel et bien le sien, alors qu'il est la victime, sauf qu'il est noir. La police, les médias, tout le monde, se demande alors qu'est-ce qu'il faisait à cette fête, s'il s'était montré menaçant, s'il se droguait et s'il était trafiquant de drogue. Très vite on le range dans cette case, et pour beaucoup sa mort ne signifie alors rien, ce n'était qu'un simple voyou, une personne pas fréquentable, peut-être qu'il l'a mérité après tout. Le livre entier témoigne du "procès de Khalil", et encore une fois, j'ai trouvé ça très, très dur. Honnêtement, j'ai vraiment beaucoup pleuré en lisant ce livre, à la fois de tristesse et de rage, et surtout parce que tout collait trop à la réalité, ce roman est effroyablement réaliste.

"People like us in situations like this become hashtags, but they rarely get justice. I think we all wait for that one time though, that one time when it ends right. Maybe this can be it.”

"A black person gets killed just for being black, and all hell breaks loose. I’ve tweeted RIP hashtags, reblogged pictures on Tumblr, and signed every petition out there. I always said that if I saw it happen to somebody, I would have the loudest voice, making sure the world knew what went down. Now, I am that person, and I’m too afraid to speak."

(désolée pour les personnes qui ne comprennent pas l'anglais, mais étant donné que je n'ai que l'exemplaire en VO, je ne peux pas mettre les citations en français, et si je traduis ça va rendre très moche alors je préfère ne pas y toucher)

Il n'y a pas que le meurtre de Khalil qui parait réel, les personnages sont eux aussi profondément réalistes et c'est ce qui les rend si attachants. J'ai eu un véritable coup de cœur pour Starr, que j'ai trouvé terriblement touchante, elle pleure souvent au cours du roman, et je pleurais toujours avec elle, je ne pouvais m'en empêcher. C'est étrange parce que même si je ne me reconnaissais pas dans son vécu (aussi bien pour ce qui est de la tragédie qu'elle traverse que pour son existence en tant que jeune fille noire), je me suis malgré cela retrouvée en elle, et son réalisme faisait que j'ai eu l’impression qu'elle était mon amie. J'étais véritablement liée à elle, j'ai pleuré avec elle, j'ai eu peur avec elle, et je me suis révoltée avec elle. Son ressenti et son histoire m'ont aussi appris beaucoup de choses que je ne comprenais pas encore forcément, ou même dont je n'avais pas idée, étant donné que je suis blanche, et c'est pour ça qu'il est primordial d'écouter la parole des concerné.e.s avant tout. 
Ce qui fait la grande force de ce livre, en plus du réalisme et des personnages, c'est l'écriture d'Angie Thomas. J'ai adoré sa force, à la fois douce et brutale, tout sonnait toujours vrai. Je suis désolée de me répéter au sujet du réalisme de ce roman, mais c'est vraiment une impression très forte que j'ai eu en le lisant. On dirait presque un témoignage. C'était même parfois assez difficile à comprendre en anglais parce que c'est bourré d'argot, tellement que Google ne me trouvait pas toujours la définition, c'était frustrant mais je finissais par comprendre la grande majorité je pense, et ça ne m'a pas tellement gênée puisque ça a grandement contribué à rendre ce roman aussi réel. 

"Brave doesn't mean you're not scared. It means you go on even though you're scared"

"Sometimes you can do everything right and things will still go wrong. The key is to never stop doing right."

The Hate U Give est une véritable claque, un livre coup de poing qui te prend aux tripes, bouleversant et très juste, terriblement important, c'est pourquoi j'aimerais donner envie à tout le monde de le lire. C'est un roman qu'on devrait tous lire parce que le sujet devrait tous nous alarmer. J'espère vraiment que l’adaptation sera réussie et qu'elle permettra de toucher un public encore plus grand. C'est une véritable pépite que j'ai eu envie de relire directement après l'avoir terminée, en grande partie pour retrouver Starr que j'avais l'impression de connaître "dans la vraie vie".
En plus de tout ça, The Hate U Give est une oeuvre très inspirante, comme une grande bouffée de courage. J'ai appris la nécessité de parler, de me révolter lorsque j'entends ou vois quelque chose d'injuste, de le crier de toutes mes forces. A l'instar de Audre Lorde (que j'ai découverte récemment, si tu ne la connais pas, je t'invite grandement à faire des recherches sur elle, c'est une poétesse et militante féministe, lesbienne, engagée contre le racisme, elle est très intéressante) ce livre t'apprends que le silence de ne protégera jamais, "your silence will not protect you". 

“What’s the point of having a voice if you’re gonna be silent in those moments you shouldn’t be?"

Et maintenant, s'il te plait, fait de ce livre un de tes prochains achats ou emprunts, parce qu'il te touchera assurément et qu'il est important, mais pas seulement puisqu'il est aussi très bon. Pour ma part, je vais attendre l'adaptation et suivre de près l'autrice qui promet sûrement encore de grandes choses.


En trois mots: puissant, nécessaire, inspirant, vrai, poignant (oups ça fait cinq :P)


Coup de cœur 

5 avril 2018

Bilan des trois premiers mois | 2018

JANVIER
Personnellement ce mois-ci a surtout rimé avec partiels, et donc révisions, stress, anxiété, bref plein de trucs pas très cool. Ça faisait aussi très longtemps que j'étais en panne de lecture. Je suis restée quand même bloquée quatre mois sur le premier tome de Ça, et après l'avoir enfin fini je n'avais plus du tout le temps de lire. A la fin des partiels, je voulais reprendre la lecture avec un livre sans aucune prise de tête, qui se lirait très vite et avec lequel je passerais un moment sympathique. J'ai donc opté pour le premier tome de La maison de la nuit, qui traînait dans ma PAL depuis un petit bout de temps, tellement que je n'avais plus très envie de le lire étant donné que mes goûts ont un peu changé. Mais j'ai senti que c'était le bon moment alors je me suis lancée avec des attentes très basses et ça m'a fait du bien. Je ne le considère vraiment pas comme un excellent livre et je ne pense pas lire la suite pour de nombreuses raisons (énormément de clichés surtout, style d'écriture pas top non plus, bref de points qui me font maintenant beaucoup tiquer), mais j'ai passé un bon moment. Parce qu'il était court, qu'il m'a fait rire (même s'il n'est pas spécialement humoristique...), et qu'il m'a DÉTENDUE.
J'ai eu deux semaines de vacances pour me remettre des partiels, durant lesquelles je me suis aussi replongée dans la série The Mortal Instruments. J’appréhendais beaucoup parce que comme je l'ai déjà dit, mes goûts ont changé et ça faisait plusieurs années que j'avais lu le troisième tome. Au final, j'ai vraiment adoré et ça m'a fait un bien fou de retrouver cet univers et les personnages qui m'avait tant manqués, même si le quatrième tome est selon moi un peu moins bon (bien que la couverture soit ma préférée ♥), j'ai directement enchaîné avec la suite !

 Couverture La maison de la nuit, tome 01 : Marquée Couverture La cité des ténèbres / The mortal instruments, tome 4 : Les anges déchus / La cité des anges déchus

Au niveau des séries, j'ai terminé la saison 5 de Vikings, et que dire à part que c'est toujours aussi excellent ? Elle fait clairement partie de mon top 5 et je la recommande chaudement à tous les amateurs de séries historiques, ou aux personnes qui hésitent juste à commencer, plus on avance, plus l'intrigue est palpitante, et les acteurs sont tellement bons !
J'ai regardé la nouvelle saison de Black Mirror (une de mes séries favorites également) et malheureusement celle-ci m'a un peu moins plue que les précédentes (surtout la troisième où tous les épisodes m'avaient réellement prise aux tripes). Mon préféré est de loin le premier,USS Callister, qui est d'une tension incroyable !
Je continue tout doucement Orange is The New Black, série avec laquelle j'ai eu beaucoup de mal au début. J'ai terminé la saison 3 et je hais toujours autant Piper (voire encore plus qu'avant en fait), mais énormément de personnages sont nettement plus intéressants et attachants qu'elle alors je suis vraiment à fond maintenant. Je pense me mettre à jour avant la nouvelle saison qui sortira en fin juin-début juillet si je ne me trompe pas.

Vikings, planning et informations de la série | BetaSeries.com Black Mirror, planning et informations de la série ... 

FEVRIER
Après un premier mois chamboulé par les partiels et les vacances, le deuxième semestre a pu démarrer et donc avec retour du manque de temps, et un peu de la déprime de quitter à nouveau ma maison pour une université dans laquelle je ne me sens pas bien. Je me réfugiais dans le cinquième tome de The Mortal Instruments, qui a été un total coup de cœur et que j'ai donc terminé bien trop vite. Depuis je me retiens de lire le dernier tome, je ne veux pas terminer cette saga tout de suite, même si je sais qu'il y a deux séries spin off qui m'attendent, je suis trop attachée aux personnages, alors je préfère attendre jusque les vacances d'été au moins.

Couverture La cité des ténèbres / The mortal instruments, tome 5 : La cité des âmes perdues

Pour ce qui est des séries c'est un peu pareil je n'ai pas été super productive. En revanche j'attendais avec pas mal d'impatience la série Everything sucks! que j'ai regardé entièrement le jour de sa sortie... puis que j'ai revu entièrement deux jours plus tard... Oui je suis un peu tarée quand je suis très emballée par une série. Je m'attendais à aimer puisque les histoires de lycée, j'aime toujours beaucoup, et surtout dans les années 80 et 90 ! Mais au final c'était bien plus que ça puisque je me suis terriblement attachée aux personnages et qu'il y a une très bonne représentation lesbienne, ce à quoi je ne m'attendais pas et ça m'a forcément ravie ! Je ne vais pas en dire plus parce que je ne veux pas te spoiler mais aaaaah s'il te plait regarde, tu passeras à coup sûr un bon moment, et il n'y a que 10 épisodes ! Et puis les acteurs sont tous très bons et c'est toujours super rafraîchissant de voir des personnes si jeunes jouer si bien ! 
J'ai également commencé une autre série Netflix qui est Altered Carbon mais j'ai abandonné au bout de trois ou quatre épisodes, je n'accrochais pas ni à l'intrigue, ni à l'univers, ni aux personnages... Si elle te tente n'hésite pas, je n'ai pas trouvé de réel défaut, l'intrigue n'était juste pas pour moi je pense.

Nerdly » Trailer & Poster for Netflix original ‘Everything ... Résultat de recherche d'images pour "altered carbon poster"


MARS
Si je n'ai lu qu'un livre en février, c'est aussi parce que je lisais un essai un peu lourd et complexe, mais que je tenais vraiment à lire, il s'agit du premier tome de Le Deuxième Sexe de Simone de Beauvoir. C'était surtout pour moi une lecture lourde, puisque se prendre une claque toutes les deux pages, ça fait extrêmement mal. Même si en tant que féministe je pense être déjà au courant de pas mal de choses sur la condition des femmes, ce livre m'a appris vraiment énormément. Même s'il est un peu complexe, je le recommande à tout le monde car il est important. Je compte écrire un article vraiment complet sur cette oeuvre et l'autrice mais je préfère lire le deuxième tome avant.
J'ai ensuite lu L'Oeil de Chaac que j'ai adoré pour de nombreuses raisons, j'en ai d'ailleurs fait un article ici. Parce que oui, en mars j'ai repris le blog après presque un an d'absence complète sur la blogo, et deux ans sur ce blog... J'en ai écris davantage sur ce sujet dans l'onglet "Qui suis-je ?", j'ai préféré ça à un énième article d'excuse. 
Enfin, j'ai terminé Rébellion, de FEMEN, que j'ai trouvé très intéressant et même inspirant. J'ai également regardé le reportage de Netflix sur la naissance du mouvement, Ukraine is not a Brothel, j'écrirai peut-être un article sur le tout.

Couverture Le deuxième sexe, tome 1 : Les faits et les mythes Couverture L'Oeil de Chaac Couverture Rébellion

J'ai regardé la saison 1 de One Day at a Time, je voulais la démarrer depuis un petit bout de temps déjà car elle aborde de thèmes forts et importants (traumatismes, immigration, homosexualité, féminisme...) alors quand j'ai entendu que Netflix menaçait de ne pas la renouveler je me suis ruée sur mon compte pour lui faire des vues ah ah (et elle a été renouvelée !!). Les personnages sont très attachants et très drôles, je recommande chaudement !

One Day at a Time – Saison 1 | disponible en français sur ...

Même si ce début d'année était un peu dur parfois, il était nettement meilleur que les derniers mois de 2017 (à cause de mon entrée à l'université principalement). J'ai tenté une éventuelle réorientation en histoire de l'art et archéologie, j'ai repris le blog, je recommence à lire, à écrire, j'ai réalisé l'un de mes rêves qui était d'aller au Salon du Livre du Paris (tu peux lire le résumé de mes aventures ici), mes deux meilleures amies m'ont offert un cadeau magnifique pour mes 18 ans et on a pour projet de se revoir fin juin ! Je me sens vraiment mieux même si je suis toujours aussi mal à la fac (quoiqu'un peu moins c'est vrai, on va dire qu'on s'habitue à la solitude, anxiété sociale oblige) et perdue pour ce qui est de mon orientation, mais bon je vais tenter une nouvelle expérience et on verra bien où ça me mène !

22 mars 2018

LIVRE PARIS | 2018

Depuis que je suis sur la blogo (5 ans !!) je voyais chaque année une pluie d'articles et de photos du Salon du livre de Paris, ou même de Montreuil, mais je ne pouvais jamais y aller. Parce que ma mère ne connaissait pas Paris, parce que ça ne la rassurait donc pas d'y aller, parce que j'étais trop jeune pour m'y rendre seule... des raisons un peu bêtes peut-être. Depuis des années j'en rêve, et cette fois-ci j'y suis enfin allée. Preuve qu’emménager à Paris a de bons côtés. J'y ai passé un week-end incroyable et je n'ai qu'une hâte, être en 2019 pour le refaire ! Mais entre deux, je compte bien découvrir le salon de Montreuil. Et oui, après un salon du livre de fait je suis déjà accro à ce genre d'événements !


J'y suis donc allée avec ma petite sœur, nous sommes arrivées samedi à midi, et avons fait un petit tour des stands avant d'assister à une première conférence sur la scène Young-Adult, intitulée La dystopie, une lecture du présent ?
Il y avait quatre auteurs participants: Vicent Villeminot (Les Pluies, également l'auteur de Réseaux et Instinct), Gilles Abier (Stéréotypes), Stéphane Michaka (Cité 19) et Neal Shusterman (La Faucheuse, également l'auteur de Les Fragmentés). C'était la conférence qui me faisait le plus envie, la dystopie ayant été mon tout premier genre préféré quand j'ai commencé à réellement lire, et c'est probablement la conférence qui m'a le plus plu. J'avais uniquement lu La Faucheuse, et les autres auteurs m'ont énormément donné envie de lire leurs livres (même si je connaissais déjà Cité 19, il ne m'avait jamais fait très envie), c'est le piège de ce salon, ma wish-list a pris un coup !
Nous sommes ensuite restées sur la scène Young-Adult pour la battle Les filles face au monde. Cette fois-ci aucun auteur, mais Tom Lévêque du blog La voix du livre, Pierrot de la chaîne booktube Le Mock, et Mathilde Effose journaliste chez Cosmopolitan. La battle a tourné autour des livres Nous les filles de nul part d'Amy Reed, La fille qui n'existait pas de Nathalie C. Anderson, et Moins que rien d'Yves-Marie Clément. J'avais entendu parlé des deux premiers et ils m'intriguaient déjà beaucoup alors ils sont désormais dans ma wish-list également. Je pense attendre la sortie de la version poche de La fille qui n'existait pas, et emprunter Nous les filles de nul part. Pour ce qui est de Moins que rien, je ne connaissais pas du tout et je pense que ça peut être une lecture très touchante et intéressante, à voir !

A 16h nous sommes parties aux dédicaces de Neal Shusterman. J'avais lu et vraiment bien aimé le premier tome de La Faucheuse l'année dernière et ai donc acheté le deuxième tome qui venait tout juste de sortir ! Je n'avais encore jamais fait dédicacer de livre à son auteur, donc c'était également une grande première pour moi et ça m'a rendue super heureuse ! Neal était très gentil et souriant, et son écriture vraiment très jolie comme tu peux le voir ci-dessous :


Nous avons ensuite assisté à une dernière conférence, toujours sur le stand de notre chère scène Young-Adult. Il s'agissait de celle de Nine Gorman, une booktubeuse que je regarde depuis des années et que j'étais donc très contente de voir en vrai, même si son livre ne me tente pas plus que ça, je l'emprunterai peut-être par curiosité. Le thème était donc les musiques qui l'ont inspiré pour écrire Le pacte d'Emma, ses goûts musicaux sont très chouettes et on sent bien que c'est une part vraiment importante dans sa vie. Ce qui est aussi très sympa c'est qu'on peut retrouver la playlist de son livre sur plusieurs réseaux, pour ma part j'écoute sur Spotify, mais elle est probablement également disponible ailleurs.

Le dimanche nous sommes arrivées un peu plus tôt, à 10h30 précisément puisque Diana Gabaldon était en dédicaces à partir de 11h30. Mais une heure avant, la queue était déjà immense ! En tout, nous avons attendu 3h, mais ça valait le coup puisque j'ai rencontré une autrice que j'admire énormément puisque je suis une grande fan d'Outlander (aussi bien de la série que des livres, même si je n'ai pour le moment lu que le premier tome).

 

La rencontre a été très courte malheureusement mais Diana était vraiment adorable et enjouée. Je pense que si elle revient en France, je serais prête à faire à nouveau 3h de queue pour la revoir ! Elle a donc signé le premier tome d'Outlander, à mon nom et à celui de ma mère, qui est aussi une grande fan de la série.


Nous avons ensuite beaucoup flanée entre les stands et certaines maisons d'éditions avaient vraiment fait de gros efforts, notamment Lumen qui avait un décor très joli, ou encore beaucoup moins connu le stand du manga Vatican miracle examiner où les personnes qui le tenaient étaient en tenue de moine et de nonne. Le salon du livre c'est aussi et surtout une sorte de librairie géante, ce que j'ai trouvé très exaltant ! Même s'il y avait énormément de monde, qu'on piétinait beaucoup et était un peu bousculées, je me sentais vraiment bien et heureuse dans ce monde de livres. 

Nous avons assisté à une dernière conférence, la battle Mauvais genre ? où étaient présentes Sarah Dahan, journaliste chez Konbini, Julia Robert, blogueuse de Allez vous faire lire, et surtout une youtubeuse que j'adore Mx Cordélia, que j'ai d'abord connu sur sa chaîne lgbtq+, mais qui a également une chaîne booktube que j'aime beaucoup ! Elles ont parlé des livres Les porteurs de C. Kueva, Qui suis-je ? de Thomas Gornet, et Libération Patrick Ness. Je n'en connaissais aucun avant le salon et ma sœur avait acheté Les porteurs la veille, finalement on a toutes les deux été pas mal déçues quand on a compris durant la conférence que le livre ne répondrait pas du tout à nos attentes (manque cruel de renseignement sur l'identité de genre de la part de l'autrice, mais également des romances très hétéro-centrées), je pense que j'attendrais que ma sœur le lise et je tenterai peut-être après elle quand même. Je suis surtout tentée par Libération et c'était donc encore une fois une conférence très chouette et intéressante !

Ma sœur et moi avons ensuite rencontré Anne-Laure Bondoux, qui est vraiment très gentille et souriante, on sent qu'elle aime énormément parler avec ses lecteurs.ices et j'en ai été ravie, même si je n'ai pas parlé très longtemps puisque je suis assez timide et que les auteurs.ices sont des personnes qui m’impressionnent beaucoup. Elle a donc dédicacé Tant que nous sommes vivants, dont j'avais beaucoup aimé la poésie, ainsi que L'Aube sera grandiose, qui est encore dans ma PAL.

 

Avant de repartir je tenais absolument à acheter d'autres livres, je me suis donc rendue aux stands de mes maisons d'éditions préférées et ai opté pour deux versions poches: Rebelle du désert d'Alwyn Hamilton, que j'avais repéré en VO depuis un petit bout de temps étant dingue des romans dont l'action se passent dans le désert, et Cité 19 de Stéphane Michaka, parce que l'auteur m'avait donné trop envie la veille lors de la conférence sur la dystopie. 



En bref, j'ai passé un week-end magique au Salon du livre de Paris, et j'ai même ressenti un petit vide le dimanche soir et le lundi. Et toi, tu y étais ? Si oui, n'hésites pas à me raconter ton expérience en commentaire !